* Manifeste : Emprunt à l’italien manifesto, ‘manifeste’, aussi dérivable de l’adjectif manifeste ; du latin classique manifestus, ‘évident’.
* Antipasto : Emprunt à l’italien moderne ‘hors-d’oeuvre’.

1

Reprendre au début. Par le début. Depuis le début. 
Retrouver les gestes d’avant. D’avant tous les gestes appris, compris, admis. 
Chercher l’extrême ralenti du mouvement, jusqu’à cet instant de l’immobilité polaire qui précède toute renaissance.

2

Qu’est ce que serait une danse qui n’aurait rien à prouver, rien à désigner, dénigrer, rien à ironiser, rien à dénoncer. Une danse qui aurait en elle et pour elle une fréquence vibratoire. Le corps pourrait livrer cela – s’en délivrer et s’en recharger – se dégager des obligations de plaire et d’être vu et d’être tendu vers…

3

Chaque geste qui engage une fraction de soi-même conditionne le jeu des autres. Anita Conti

4

Il y a peu de mots habiles pour expliquer ce qui nous fait chercher dans le corps toujours plus loin une vérité mystérieuse et vitale. Parfois elle surgit, alors que nous avons travaillé, et travaillé, et travaillé sans répit dans les allées souterraines de nos os et de nos tissus, toujours plus loin, dans l’infiniment petit de notre cosmos intérieur. Il est parfois tellement étrange de comprendre pourquoi nous choisissons jour après jour cet état d’incertitude, de chaos répété et d’irrationalité.

Parce que parfois, dans l’espace d’une fulgurance un miracle se produit. Et ainsi nous n’avons pas le choix que de continuer la quête de ce lieu de nous même où tout s’éclaire et tout se relie, union terrible et magnifique.

5

My body makes lists.[2]

6

Dans ce corps où elle a rendez-vous avec le studio.[3]

7

Un corps rassemblé en lui-même, modelé par l’expérience de la naissance à ici.

Un corps qui ferait silence dans ce studio, en contact avec tout ce qui le bouge de l’intérieur. Et ce bougé serait l’écho de l’expérience qui a eu lieu de la naissance à ce moment t et aussi de l’avant naissance et aussi l’écho d’une vibration cellulaire laissée à l’état brut depuis des millénaires.

8

Trouver la mémoire du monde à l’intérieur du corps.

9

Honorer chaque instant, sans émettre d’hypothèses.

10

Poser la question de l’adresse, qui ne fige pas un “Je” – unique et original – face aux autres, mais permet d’être le médium d’une multiplicité. Comment la parole, quant elle arrive, n’est pas asservie par la culture, mais jaillie des cellules, lieu de l’action vitale : Le corps_voix comme catalyseur.

11

Trouver dans le corps une zone de transmission physique, spirituelle et énergétique. Accomplir un certain nombre d’étapes pour atteindre ce lieu du corps où il n’est peut plus possible de maitriser le corps par la pensée et de réduire ses potentialités. Avoir le courage et l’intelligence d’aller jusqu’à ce lieu où les résistances s’annulent afin de rompre les habitudes qui cloisonnent à un mouvement maîtrisé.

Alors apparaît un corps qui danse. Il se pourrait même qu’il soit devenu invisible.

12

Peut être pourrions nous parler de répétition si la répétition est prise comme faire à nouveau mais différemment. Et non pas faire à l’identique . Se joue alors le presque semblable et la dissolution de la forme dans le continuum, l’accélération et l’expérience sans cesse renouvelée d’un geste ou d’une forme.

13

Décider d’être une danseuse-géographe, travailler avec quelque chose qui n’est pas encore visible. En pressentir les contours, les potentiels. Se sentir guidée comme les premiers explorateurs, inventeurs, navigateurs, arpenteurs. 

Le choix d’être là initie un geste, UNE geste.
 Ce mouvement crée un espace de vie, avec l’Autre – créature, être, humain, roche, arbre – avec le potentiel du monde.

14

Continuer à penser à un lieu sauvage présenté dans un espace délimité. Où demeure le sauvage? Et où surgit le petit, le lieu d’origine du mouvement?

15

Nous ne sommes pas toujours conscient des images que nous créons. Et ce n’est sans doute pas nécessaire. L’essentiel est de se tenir disponible à tout se qui peut prendre forme à travers nous.

16

Qu’est ce qu’un corps étranger ?
 Qu’est ce qui est étranger dans notre propre corps? 
Qu’est ce qui nous est familier dans le corps de l’autre? 
Comment ces zones d’étrangetés se déplacent, se résolvent par le travail quotidien du corps? 
Comment l’étrangeté en nous devient la matière intime du travail ?

17

Se poser la question du trauma, _du trop moi
_du lieu où il se révèle dans le corps et donc dans le mouvement.
Comment la souffrance du corps, permet-elle de rester en contact
 avec le lieu de la fragilité_ ? Et de la joie de_dans la pensée errante.

Zone(s) de visibilité_ ?
 Zone(s) de vulnérabilité_ ?


18

My body loves to rest.

19

To work with the knowledge that is under our feet.

20

Mobiliser les possibilités inouïes des liaisons entre les deux hémisphères de notre cerveau, gauche et droit, féminin et masculin, minéral et organique. Pierre Bongiovanni

21.

Le regard que je porte sur toi est une danse.

22.[4]

Apagar los Talleres e ir encendiendo espacios.

 

****************************************************************************************

[2] écrire un manifesto, trouver un bureau, faire marcher OneCard, faire une heure de Qikong, acheter un carnet de projet, acheter un cadenas, trouver une clef, faire une carte de travail, nager, abandonner l’idée d’être efficace, trouver une imprimante, un scanner et renvoyer le dernier papier pour le bourse, écrire un email à MC Lesage, Patrick, Raul, Jeanne, Pascal, Céline, envoyer les images à Tania, trouver le département d’études autochtones, faire une google map pour trouver le chemin de l’acupuncteur, redemander où est la piscine à Doug, trouver une recette pour dimanche soir, arrêter de manger du sucre, boire plus d’eau, contacter Claudio pour le site internet, terminer d’écrire le texte pour la JSC, faire les factures pour Élan, répondre à Jeanne pour Hydro, faire une recherche sur les Cree, répondre à Nancy, faire remarcher l’ordinateur, trouver un tapis de Yoga, lire les textes du séminaire, écouter Sadness is a blessing, récupérer les posters qui sont dans la salle des bureaux fermée, changer de chambre, demander si je peux descendre le matelas dans le salon, aller voir les étudiants en design et en musique, demander à Ryan si je peux aller voir le laboratoire, faire des sons, trouver une jupe pour la cérémonie de la pipe.

[3] avec le studio ou avec le silence.

[4] 22 :

  • Représente le mouvement, l’infini.
  • Symbole de la manifestation de l’être dans sa diversité et son histoire, c’est-à-dire dans l’espace et dans le temps.
  • Pour les Parsis, c’est le symbole de toutes les formes naturelles et de toute l’histoire de la créature.
  • Pour les Bambaras, dont toutes les connaissances mystiques sont recouvertes par le symbolisme des vingt-deux premiers nombres, 22 représente le total du temps écoulé, du début de la création à l’achèvement de l’organisation du monde. Il est la conclusion de l’oeuvre du créateur, le terme des paroles, le chiffre de l’Univers.