Montréal, CA, 2012

Le jardin 4390

Ce projet fait écho à 222mundos, projet réalisé au Mexique en avril 2012.

Je cherche dans les parties blessées des arbres abattus ou abîmés une résonnance dans mon propre corps. Quelle est la part manquante en moi qui se complète et se retisse dans et avec l’arbre : la parte que falta. La liaison, le geste réparateur entre le corps-chair et le corps arbre. Je choisie le jardin de Marie-Hélène, Alexandre et de leurs deux filles Rosalie et Éliane, car il semble abandonné, en friche sous le couvert d’un grand érable encastré dans une grille métallique. Au fil des jours, alors que je travaille dans le jardin à tisser mes chrysalides autour de grosses roches trouvées sur le site, j’apprends que Françoise, l’ancienne propriétaire de la maison est décédée d’un cancer il y a quelques mois. Elle prenait grand soin de ce jardin. C’était une voyageuse et une artiste aux mains vertes. Depuis sa disparition plus personne ne s’occupe du jardin.

La chambre de Rosalie et Éliane donne sur le jardin. Je décide de leur offrir un espace de danses-ombres improvisées qui viendra faire écho à mon installation.

Vidéo : jardin 4390

Tisser

Ici, un jardin, un bout de terre dans la ville. De fil en fil, chrysalides du temps, gestes répétés, l’été s’en va, l’automne rougit l’arbre. De fil en fil, je refais le chemin, prends soin, écoute ; murmurent l’écorce et la pierre dans mes paumes. De fil en fil, je dessine ma route, route migrante, kilomètres parcourus, passent les ancêtres, gestes de femmes tisseuses et d’insectes bâtisseurs. Je suis ici, je suis partout dit Françoise qui connaissait et aimait ce bout de terre. Ainsi après elle, entre les danses folles de Rosalie et les regards perçants d’Éliane, se tissent les présences aériennes.

P1020899 P1020900

6 mois plus tard

chrysalides hiver

  • Festival Les fenêtres qui parlent
  • Images Camille Renarhd et Hugo Lacasse
  • Regards extérieurs Johanne Herself, Hugo Lacasse