Langres, FR, 2011

 

Camille Renarhd & Andreas Rathgeb : conception

Camille Renarhd : voix / chant

Roselyne Burger (France) : Violon / Voix / Déclensoeur

Guillaume Bertrand (France) : Voix / Techniques des hauteurs

Tous les sons ont été récoltés durant une résidence à la Maison Laurentine et au Studio Sound & Vision (non traités après récolte).

Ce projet est né d’un pari lancé par-dessus l’océan entre Aubepierre et Montréal, à savoir faire entendre dans la Tour du Petit Sault à Langres (1510) Les Prophéties de Léonard De Vinci (1452–1519).

L’installation performance a été présentée tout l’été à Langres, ville natale de Jeanne Mance (la cofondatrice de Montréal).

La création est le préambule d’une pièce chorégraphique et musicale plus longue qui se poursuit en 2012 et 2013 à Langres et Montréal. C’est aussi l’ouverture d’une route dynamique entre la France et le Québec, les prémices d’échanges de savoir, de pensées et de rencontres entre artistes et habitants.

La Tour de Langres fut un point d’ancrage et les mots de Léonard De Vinci, une Flottilla.

 Avec Andreas nous nous reconnaissons dans la matière brute des sons, loin des effets, dans l’envie d’entendre les mots, les murmurés des voix, toutes proches, mais aussi dans le désir que les sons et les chants bousculent les phrasés et multiplent les sens. Les rugosités du lieu, les échos de la route, le violon de l’hermanita, les voix des murs occupent autant l’espace sonore que les textes. Aussi, la tour du petit Sault est l’une des 7 portes que compte la ville de Langres. C’est une ancienne tour d’artillerie ayant le rôle de surveiller les environs. Nous sommes donc àl’abri sous ses voûtes. La guerre peut arriver. Pourtant elle n’arrive jamais. Parfois, il semble que des tirs résonnent au lointain. Mais sans doute n’est-ce que les clameurs d’une fête oul’écho d’un orage.

“Quiconque a entendu, ne serait-ce qu’une seule fois, une détonation doit être considéré comme un sage. Cet homme connaît ce que les autres ignorent. Il convient de le traiter avecdéférence. Il détient peut-être le secret de la vie.”

In Bienvenu en enfer – Sarajevo mode d’emploi d’Ozren Kebo

 

  • Installation multisources en collaboration avec Andreas Rathgeb
  • Texte Les Prophéties de Léonard de Vinci
  • Coproduction Studio Sound&Vision, Atelier LO, Maison Laurentine Centre d'Art Discret, Région Champagne Ardennes, Ville de Langres
  • Institution.s Une invitation du festival D’Abord les Forêts, Opus 2